Show | Presentation of the company | Agenda | Press | Links | Contacts | Who is Romane Oh | Travel Stories

 

Romane Oh !

 

Compagnie Romane Oh !

 

 

" Compagnie Romane Oh ! "



















Article%20de%20presse%20compte%20rendu%20Indon%C3%A9sie.png


article de presse y a comme un pépin icdi







 

Huit jours de féerie au festival international de Néapolis, Tunisie.  
Écrit par Albert Moxhet   
Dimanche, 30 Décembre 2012 18:32
 
 
 

Bien connu de nos lecteurs, Gaëtan Plein, animateur et conteur globe-trotter, a vécu voici peu en Tunisie une expérience riche en contacts et en échanges.

Bestofverviers est heureux de vous en présenter un compte rendu très vivant.  
 

Vous me connaissez sans doute comme artisan animateur touristique et chroniqueur ardennais. Je suis revenu d’une expérience culturelle passionnante.

Des artistes venaient de 16 pays donner des contes et spectacles pour enfants : marionnettistes brésiliens, conteurs marocains, pantomimes yéménites, danseurs sibériens…

 

Mais d’autres organisaient des formations destinées à des étudiants tunisiens et maghrébins en arts. C’est du bénévolat. Mais on s’y retrouve en partage, en rencontres exotiques, et aussi en s’échangeant des formations…J’ai personnellement suivi des stages d’expression corporelle donnés par une Anglaise . Une autre Belge était invitée. Je tiens à lui rendre hommage. Son spectacle était émouvant. Je pense que, à elle seule, elle a gagné avec des moyens sobres le cœur des enfants tunisiens.  Je ne la connaissais pas. On s'est rencontré à Zaventem. La compagnie Romane Oh  représentée par Sandra Hamel jouait un spectacle de clown et marionnettes à vocation écologique. Y a comme un pépin. Pour ma part, le conte est une partie de mes animations, pour mettre en valeur le terroir ardennais. Je me situerais parmi les artistes "moyens", car je n'ai pas autant de métier que d'autres que je rencontre en Festival.

Des étudiants plus nantis venaient des Émirats. Les barrières culturelles et religieuses sont de plus grands obstacles que les frontières. Une fille venant de Sidibousit (village arriéré où un  tunisien s’était immolé, déclenchant la révolution) a dû affronter sa famille, voire son clan, pour choisir cette formation   « peu musulmane, peu féminine et pas très catholique ;-) ». Les circonstances sont parfois émouvantes. Depuis le printemps arabe, un espace de liberté donne un espoir aux artistes. J’ai ainsi rencontré un stagiaire provenant du Sahel. Pour suivre cette formation, il a dû traverser des déserts sahariens où circulent encore des rebelles. Mais plus difficile encore, passer outre les tabous et préjugés de ses parents.

 

Pour ma part, j’ai donné des cours d’animation inspirés du Spa Raconté. Comment un étudiant comédien en herbe peut-il créer son produit artistique et le vendre à des hôtels et des tour operators . Mais aussi imaginer des rallyes touristiques pour séminaires d’entreprise et incentives. Comment devenir indépendant ? Comment se faire connaître dans des écoles ? Comment gérer une carrière ? comment définir des niches touristiques ? L’intérêt perçu par les organisateurs, c’est que la carrière artistique est plus qu’incertaine dans un pays ruiné où les Frères musulmans cloisonnent l’avenir. Par contre, le tourisme tunisien à portée de main donne un champ ouvert aux créatifs, sans investissement de départ. Depuis le Club Med, mais aussi grâce aux acteurs et metteurs en scène belges connus en France, les animateurs belges ont une excellente réputation. Les autres formateurs provenaient du Canada, de Roumanie, du Portugal. Il fallait donc traduire dans les trois langues, français , arabe et anglais des cours aussi divers que : le jeu d’acteur dans Shakespeare, la danse du ventre, la thérapie par le jeu d’ombre, un atelier donné par une psychiatre française, d’origine berbère.

.

Des détails cocasses nous font comprendre qu’il y a encore du chemin … Pour certains étudiants, si on dit : le cours commence à 17h00, ils traduisent « au coucher du soleil » et viennent « en fin de journée ». J’avais dû trouver pour mon cours une salle à l’étage. Cinq étudiants ne sont pas venus… parce qu’il aurait fallu passer par le bar pour y accéder. Ce bar était fermé à cette heure-là. Mais cela reste pour certaines filles voilées  un endroit qui sent le soufre… Je donnais aussi un cours de stylisme théâtral et de costume historique destiné à confectionner son costume de théâtre avec quelques chiffons …Pour un Libyen, voir des images de costumes de femme libérée dans les années folles est tout aussi révolutionnaire que pour nous un strip tease en Crapaurue. J’avais aussi amené des images des Ardennes enneigées ou des Fagnes pour raconter Apollinaire, la Croix des Fiancés et d’autres thèmes de terroir. Pour eux, c’est un monde exotique et plein de poésie …on m’a raconté une histoire similaire en Algérie… un couple fiancé disparu dans les sables du fech fech…

J’ai aussi parlé de Tintin. Et des cinéastes les frères Dardenne. Car certains cinéastes maghrébins  rêvent d’un cinéma social. On sait que, de plus en plus, des pays émergents revendiquent leurs racines. Et il fallait démystifier l’Europe idéalisée. Mais cela, ils l’ont compris. Ils ont vu trop de gens revenir à la case départ après le passage de l’île Lampedusa.

Une fois j’ai reproché au conducteur d’un minibus de conduire dangereusement. Mais dans le hasard de la conversation, j’ai appris qu’il faisait un job de remplacement. Il était directeur d’un Centre Culturel. Les Salafistes ont tout brûlé après avoir rossé le personnel. Les conditions de travail techniques sont parfois misérables. Mais la débrouille et le bon cœur font des miracles. Les Africains adorent les miracles …

Le mot miracle ressemble au mot mirage. Chez nous en Belgique, on a beaucoup de Centres Culturels, mais de moins en moins de public et on ne croit plus aux miracles.

 Cette année, je proposerai des contes dans des écoles ardennaises et aussi des randonnées historiques. Je raconterai aussi des expériences de globe trotter dans des Centres culturels et des écoles secondaires. Et aussi des initiations aux costumes historiques : un cours de croquis.

J’ai  reçu à mon retour à Andrimont-Stoumont un courriel de l’ancien ambassadeur de Belgique à Beyrouth. Il vient de déménager à  son nouveau poste et me demande… si je connais un peu le Sénégal…

Bonne année 2013 aux lecteurs de Bestofverviers …

 

 "Romane Oh ! "